· 

Voile de l'oubli

Photo: MJ
Photo: MJ

 

Il marche seul dans une rue enténébrée

 

Avec pour compagne cette bouteille à moitié vide qu'il porte à sa bouche sans amour

 

Ce liquide, poison lent, au fil des ans a fait de lui un type décérébré

 

Il continue de boire, pensant pouvoir atténuer les douleurs du parcours

 

Il a tout perdu, famille, femme, enfants et dignité

 

Il titube, flanche et chaque pas posé est un peu plus lourd

 

 

Il a oublié cette flamme dans son cœur

 

Que chaque instant peut être porteur de beauté

 

Qu'au fond de nous se cache un enfant intérieur

 

Qu'il ne tient qu'à soi de réinvestir sa royauté

 

 

Elle est fatiguée par l'usure du quotidien

 

Qui se répète et tourne en boucle comme un épisode incessant

 

Dans lequel interviennent jour après jour les mêmes comédiens

 

Et rien de ce qui s'y passe n'est vraiment intéressant

 

Elle a enterré ses rêves bien profond le jour où on lui a dit qu'elle ne serait pas capable

 

Et depuis lors rien ne l'égaye, sa vie s'efface comme une brume impalpable

 

 

Elle a oublié que la vie est mouvement

 

Que chaque pas en est un de danse lorsqu'on suit sa cadence

 

Que la nature nous offre ses quatre éléments

 

Pour nous aider à sortir des prisons subtiles et pourtant si denses

 

 

Il trouvait cela cool au moment où il s'est fait recruter

 

Se trouvait beau et fort arborant, fier, son engin cracheur de mitraille

 

Mais dans la foulée, la folie guerrière le happa, vint le percuter

 

Il vit et commis tant d'horreurs qu'à ce jour sa tête déraille

 

Jamais il n'aurait pu se rendre complice de telles atrocités

 

Si la psychose meurtrières de sa patrie ne l'y avait pas incité

 

 

Il a oublié que tout l'univers est régi par les lois d'Amour

 

Que l'obéissance à des ordres est synonyme de consentement

 

Que les causes semées génèrent des effets que l'on récoltera un jour

 

Que violence infligée n'amène ni joie ni contentement

 

 

Elle vient d'accoucher du sixième

 

Elle les aime comme la prunelle des yeux de la Vie

 

Mais elle est prise dès sa naissance dans un système

 

Qui veut qu'une femme enfante, cuisine et serve son mari

 

Petite, pourtant, elle avait des rêves de voyages

 

Mais n'a jamais quitté son bled ni découvert de nouveaux paysages

 

 

Elle a oublié qu'elle était née libre

 

Que le respect des traditions est parfois synonyme de barrières qui s'érigent

 

Qu'à n'emprunter que les chemins que l'on nous dit de suivre

 

On se coupe de l'essence de vie qu'aucun humain ne dirige

 

 

Il écrit des poèmes en tapotant sur son clavier

 

Regarde sa vie et sens que quelque chose lui manque

 

Il n'aime ni les impôts, ni les factures, ni travailler

 

Mais bon, faut bien qu'il alimente un peu son compte en banque

 

Parfois il a envie de se mettre en boule et hurler

 

D'obéir à ces voix qui disent « oublie tes rêves et emmure-les »

 

 

Il a oublié que les rêves fleurissent quand on n'a pas peur d'eux

 

Qu'il détient toutes les clés, qu'il n'a plus qu'à les introduire dans les verrous

 

Que lorsqu'on les accepte, les dons d'la vie sont toujours généreux

 

Et qu'il peut se laisser porter par les vents sans savoir vers où

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0