· 

L'envers du voile

 

C'est super, il fait beau, le ciel est bleu

 

Tout le monde est heureux

 

Qu'est-ce qu'on pourrait espérer de mieux

 

Qu'une petite vie bien faite

 

Dans une société parfaite ?

 

Tout va comme sur des roulettes

 

Chaque jour pareil, un copier/coller de la veille

 

 

 

C'est bien, tout va bien, on parle bien

 

Courtois, courbettes au voisinage

 

Un sourire tiède se dessinant sur les visages

 

Et politesse qu'on exacerbe

 

Faut que tout soit maîtrisé, le geste, le verbe, ici on est civilisés

 

Tout est une question de codes, d'adéquation

 

D'une morale consensuelle pour maintenir l'ordre social

 

Et si tu n'entres pas dans l'équation

 

Y a un tas d'méthodes usuelles bien que largement discutables sur le plan éthique

 

Pour te brancher en mode marginal, bref, on t'explique

 

Avec des mots simples et clairs, pas besoin d'grand vocabulaire

 

Que tu es un indésirable que certains trous d'balles n'hésitent pas

 

À qualifier d'parasite

 

On te colle des étiquettes depuis l'école

 

Garde confiance petit, ton professeur n'est pas le détenteur de la vérité sacro-sainte

 

Écoute ton cœur, ne porte pas ses plaintes sur tes épaules

 

Ni le poids de ses regards pleins de sous-entendus

 

Ou de ses dégradantes paroles qui sont bien pires qu'un coup de pied au cul

 

Et tendent à te couper les ailes, écoute celles qui t'élèvent

 

Tu n'es pas inférieur, j'insiste, même si lui est instituteur et toi élève

 

Où en serais-je aujourd'hui si j'avais un temps soit peu crédité

 

L'enfoiré qui m'a dit que j'allais croupir dans la médiocrité ?

 

Une telle déclaration sentencieuse c'est un sortilège

 

Un flingue que l'on pointe sur la tempe de l'avenir d'un gosse

 

Et j'en vois des gueules cassées, des florilèges de cicatrices et de bosses

 

Le résultat des vies qu'on nique

 

Alcoolos, tox ou dépressifs chroniques

 

Des corps vides qui déambulent, regards placides comme des loques

 

Et qu'on gave de tas de médocs et d'pillules

 

Comme autant d'camisoles chimiques pour les maintenir dans cet état morbide

 

Que l'on case au possible dans des institutions

 

Que l'on cache, car dit cash, il faudrait pas trop qu'ils se mêlent à la population, ça ferait tache

 

 

 

 

Ahhhh...

 

 

 

C'est super, il fait beau, le ciel est bleu

 

Tout le monde est heureux

 

Qu'est-ce qu'on pourrait espérer de mieux

 

Qu'une petite vie bien faite

 

Dans une société parfaite ?

 

Tout va comme sur des roulettes

 

Chaque jour pareil, un copier/coller de la veille

 

 

Ici la réussite se calcule en salaire horaire

 

En gros, c'que t'es, c'que t'as dans l'coeur n'est pas franchement prioritaire

 

Faut d'l'ambition, vise l'échelon d'en-dessus et écrase les autres qui l'convoitent

 

Et peu importe au fond si ton patron te les brise tellement que t'en a les burnes out

 

Va voir un psy, ils sont de sage conseil et te prescriront de supers cachetons

 

Approuvés par Swissmedic donc c'est bon

 

Et comme t'as une éthique, tu consommes local et soutiens les entreprises Suisses

 

T'oublieras pas de dire merci à Novartis

 

C'est vrai, ça rassure de savoir que des gens sont là pour prendre soin de nous

 

Prêts à tout pour ton bien, alors de quoi tu t'plains ?

 

Ce système t'assure santé, sécurité et un beau futur

 

Te parlera de valeurs sûres comme la mutualité

 

Mais quand on voit ce que les patrons d'assurances encaissent comme mensualités

 

Me vient plutôt l'idée d'une immense indécence

 

Franchement, qu'y a t-il encore d'humain dans nos comportements ?

 

On est tous dans l'même train, mais chacun son compartiment

 

Première classe, deuxième classe, ou wagon des sous-races

 

Moi ce qui me motive

 

C'est de mettre des bâtons dans les roues de la locomotive

 

Alors j'balance mes rimes

 

Parfois tendres ou émotives, parfois tranchantes, mais jamais molles, voilà mon leitmotiv

 

Je ne suis pas là pour plaire ou convaincre

 

Mais je sais que se taire c'est laisser les cons vaincre

 

C'est consentir et se laisser contraindre

 

Et se complaire à souffrir pour quand-même finir par se plaindre

 

Mais pourquoi se plaindre quand

 

 

 

C'est super, il fait beau, le ciel est bleu

 

Tout le monde est heureux

 

Qu'est-ce qu'on pourrait espérer de mieux

 

Qu'une petite vie bien faite

 

Dans une société parfaite ?

 

Tout va comme sur des roulettes

 

Chaque jour pareil, un copier/coller de la veille

 

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Anne-Claude (vendredi, 23 avril 2021 09:56)

    Ah merci, c'est une réalité et il est bien de posé les mots en poésie. Mais suis-je concaincus ?